/

Ingénieur, entrepreneur, analyste process, coach en organisation et stratégie numérique
Cofondateur de Copliant - Associé Switch and Co

Copliant

Switch & Co

La fin des Pantones®

Les nuanciers comme le Pantone®, qui sont des recettes, trouvent également leur limite dans le multi-support et le multi-procédé. On peut prendre l'exemple d'un pot de yaourt, dont la banderolle et l'opercule sont généralement imprimé en hélio, sur du papier et un mix papier-alu respectivement, et le "blister" (sur-emballage en carton) imprimé en offset.

Les agences de création utiliseront toujours des nuanciers, des cahiers de tendance, etc., mais la couleur n'a plus de raison d'être exprimée autrement que par ses valeurs colorimétriques (L*a*b*, L*C(ab)h(ab), scRGB, XYZ...).

Le client valide une couleur. Que ses fournisseurs l'obtiennent par l'utilisation de colorants ou de pigments, avec une encre ou un mélange d'encres, avec une forme imprimante ou plusieurs, n'est sauf cas très particuliers pas son problème.

Mise à jour début 2016 : Fleury Michon a fixé les couleurs de sa marque par des valeurs colorimétriques.

Article publié ou mis à jour le 2015-07-16

Catégories : couleur

Une réaction ?

0 commentaires

Votre nom :

Votre e-mail : (non publié)

Commentaire :

Commentaires