/

Ingénieur, entrepreneur, analyste process, coach en organisation et stratégie numérique
Cofondateur de Copliant - Associé Switch and Co

Copliant

Switch & Co

Modèle efficace de superposition

Le paramètre d'amortissement 'deaden'

La limite du modèle naïf est qu'il ne fonctionne pas bien lorsque le résultat final est très sombre, car ce modèle n'intègre pas les limites imposées par le support. En pratique, si on met deux couches de noir, on n'obtient pas un noir absolu, mais plutôt un noir très légèrement plus foncé.

Pour tenir compte de ce phénomène, on introduit un paramètre d'amortissement ('deaden') pour modéliser la limite du support. En notant f₁ et f₂ les effets respectifs des encres isolées selon le modèle choisi, la formule devient :

l1 =exposure (−log f 1,−deaden)
l2 =exposure (−log f 2,−deaden)
l=l 1 +l2
−unexposure(l ,−deaden)
s=s0∗e


Les effets f₁ et f₂ sont définis comme les spectres respectifs des encres à leurs densités respectives divisés par le spectre du support.

Au lieu d' ajouter les effets des encres (exprimée comme le logarithme du spectre) sur une échelle linéaire comme dans la formule naïve, on les additionne sur une échelle non linéaire où 1+1 est inférieur à 2.

Les expériences montrent que le paramètre d'amortissement est une amélioration significative du modèle naïf. Cependant il n'est pas pleinement satisfaisant car lorsque l'on corrige le comportement à 100%, la correction sur le même ensemble d'encres à 30% dégrade le modèle.

Domaine d'application étendu du modèle efficace de superposition

Quelle que soit le modèle utilisé pour les encres isolées ('thickness' ou 'surface' incluant 'dot gain' ou non), y compris le modèle 'process agnostic', on peut toujours calculer les superpositions par ce modèle.

Article publié ou mis à jour le 2015-06-17

Catégories : couleur

Une réaction ?

0 commentaires

Votre nom :

Votre e-mail : (non publié)

Commentaire :

Commentaires