/

Ingénieur, entrepreneur, analyste process, coach en organisation et stratégie numérique
Cofondateur de Copliant - Associé Switch and Co

Copliant

Switch & Co

Impression numérique

Le terme numérique (ou digital en anglais) s'oppose traditionnellement au terme analogique¹. L'impression numérique désignait donc les premiers procédés entièrement numérique comme l'impression jet d'encre, par opposition aux procédés analogiques qui passaient par l'intermédiaire de films. Aujourd'hui l'impression industrielle non numérique est une espèce éteinte. L'offset a vu apparaître les CTP, l'hélio la gravure électromécanique directe puis laser, les clichés flexo sont également fabriqués par des procédés numériques.

Il subsiste tout de même deux distinctions importantes entre les procédés numériques "de souche", et les procédés traditionnels "naturalisés" numériques :

l'existence d'une forme imprimante,

et le traitement prépresse.

Les procédés numériques n'ont pas de forme imprimante (inkjet) ou peuvent la modifier d'une pose à la suivante, ce qui leur permet de proposer de la personnalisation d'imprimé sans repique d'un préimprimé.

En ce qui concerne le traitement prépresse, les procédés numériques ont adopté l'encodage de la couleur "naturel" du monde numérique, le RVB, la séparation des couleurs étant opérée au moment d'imprimer, tandis que les procédés traditionnels choisissent de faire circuler dans la chaîne graphique des fichiers déjà séparés (CMJN généralement).

¹ Les procédés numériques impliquent une discrétisation du signal, condition nécessaire pour que l'information puisse être traitée et stockée par les ordinateurs, dont l'immense majorité repose sur les états binaires (0 ou 1)

Article publié ou mis à jour le 2015-05-04

Catégories : couleur

Une réaction ?

0 commentaires

Votre nom :

Votre e-mail : (non publié)

Commentaire :

Commentaires